Chraa 12-09

La police 5.000 onces d’argent métal chez un individu

Ne mettez pas tous vos oeufs dans le même panier…

Les descendants des esclaves que possédait l’Université de Georgetown réclament 1 milliard de dollars

 

Bloomberg tente d’expliquer pourquoi autoriser les victimes du 11 septembre à traîners en justice les Saoudiens est in-américain

Les plaques des membres de l’Université Vanderbilt porteront désormais les pronoms devant être utilisés

 

steinham
Si interdire les armes et les munitions peut sauver ne serait-ce qu’un seul enfant, nous devrions fortement le considérer. Gloria Steinham. T’as ton lu ton t-shirt, non?! [Je me suis fait avorter.]
green
Jill Stein du parti écolo est aux coude à coude avec le gorille mort Harambe et derrière ‘Deez Nuts’ [« ces couilles »] dans un sondage au Texas
parasite
Enfin: des scientifiques nomment un parasite suceur de sang après Obama
Publicités

Chraa 30-08

ISIS vs Saudi

Crimes et Châtiments: État Islamique vs Arabie Saoudite

Blasphème, homosexualité, trahison, meurtre: peine de mort

Diffamation, comsommation d’alcool: 80 coups de bâton vs. à la discrétion du juge

Adultère (si marié): mort par lapidation

Adultère (si non marié): 100 coups de bâton et exil pendant un an vs 100 coups de bâton

Vol: Amputation de la main

Vol agravé: amputation de la main et du pied

Meurtre et vol: crucifixion vs peine de mort

les médias
D: (le mensonge) Le service de sécurité de Trump agresse violemment un photographe de presse accrédité lors d’un rassemblement en Virginie. G: (la vérité) Un reporteur agrippe à la gorge un agent de sécurité lors d’un rassemblement politique de Trump. [Les médias dans toute leur splendeur]

Telford
Telford, le nouveau Rotherham? On rapporte des abus sexuels à grande échelle dans cette ville surnommée « la capitale britannique de la pédophilie. » [Un lieu de vacances pour certains de nos politiques…??]
Et pendant ce temps le gouvernement français:

Hollande

Y a plus longtemps à attendre:

http://www.zerohedge.com/news/2016-08-29/gold-what-happens-next

Marchés haussiers de l’or à travers les âges…

ZeroHedge mix 26-07

http://www.zerohedge.com/news/2016-07-26/extraordinary-development-record-swiss-gold-flow-united-states

Influx Record d’Or Suisse aux États-Unis

Les importations US d’or suisse ont bondi à 20,7 T en mai 2016. Les importations mensuelles habituelles depuis la Suisse étaient jusque-là de moins de 0,5 T, parfois même 0.

 

Exportations US d’Or 2001-2013 – La Suisse, le Royaume-Uni, et HK ont reçu 82% des 5.887 T d’or exportées par les USA entre 2001 et 2013.

 

Les USA n’ont jamais importé autant d’or depuis la Suisse depuis des décennies.

 

http://www.zerohedge.com/news/2016-07-24/it-begins-dutch-bank-abn-amro-will-charge-negative-interest-deposits

ABN Amro va imposer des taux d’intérêt négatifs sur les dépôts bancaires

Brexit mix

Qui sont les plus grands perdants du Brexit?

(Notez que c’est le Royaume-Uni qui s’en sort le mieux!!)

Indicateur de Richesse des Milliardaires Britanniques

Les 15 citoyems les + riches du Royaume-Uni ont vu s’effacer 5,5 milliards de $ de leur fortune collective vendredi à la suite du référendum. L’homme le + riche, Gerald Grosvenor, était en tête de liste avec une perte de + d’1 milliard de $.

Les plus grands perdants sont donc l’UE elle-même et les gros riches.

 

Bain de sang brexistentiel

  • Actions UK : -3,14%, pire baisse depuis janvier 2016
  • Actions US : -3%, pire baisse depuis août 2015 (+ gros écart à l’ouverture depuis 1987)
  • Volatilité : +6 pts, + forte augmentation journalière depuis le krach d’août 2015

  • Actions Japon : -7,9%, pire baisse depuis 2011 (lors du tsunami)
  • Actions Espagne : -12,5%, pire baisse depuis 1987
  • Actions Italie : -12%, pire baisse depuis 1997
  • Banques de l’UE : -14,5%, pire baisse de l’histoire!!
  • Banques des USA : -4,75%, pire baisse depuis novembre 2011
  • Obligations d’état US à 30 ans : -0,14% (du rendement), pire baisse depuis 2011
  • Obligations d’état US à 2 ans : -0,14% (du rendement), pire baisse depuis 2009

  • Obligations d’état allemandes à 10 ans : -0,14% (du rendement), pire baisse depuis 2011
  • Taux de change GBPUSD : -11%, pire baisse de l’histoire [et une chute représentant 16 écart-type!]

  •      »       »         »      USDJPY : -4%, pire baisse depuis 1998
  •      »       »         »      EURUSD : -2%, pire baisse depuis octobre 2015

  • Or : +5%, meilleure journée depuis Lehman en 2008
  • Pétrole: -4,4%, pire baisse depuis janvier 2016
Or & Argent
Or & Argent

Et gardez en tête que les marchés chinois étaient fermés avant que le bain de sang ne commence…

Indice S&P vs Taux de Change USDCNY inversé

Lights out

N’oubliez pas de remercier Obummer pour tout ça:

Le conseiller de campagne du 1er ministre britannique David Cameron était Jim Messina qui était conseiller de campagne d’Obama et dirige le + important comité de soutien d’Hillary.

Le Système Monétaire Global a été dévalué de 47% ces Dix Dernières Années

http://www.zerohedge.com/news/2016-05-24/global-monetary-system-has-devalued-47-over-last-10-years

[…] La dernière ligne du tableau 1 montre les variations du prix de l’or ajustées vis-à-vis de l’importance relative des monnaies, importance déterminée par le PNB. Elle implique que le système monétaire global a été dévalué par rapport à l’or de 46,88% ces dix dernières années (1/1,8824)… Quelqu’un produisant des biens ou services n’importe où dans le monde ces dix dernières années aurait été bien avisé d’épargner les fruits de son labeur en or.

[…] Le fait que l’or demeure au bilan des banques centrales et figure de plus en plus dans la liste de leurs achats suggère que son importance en tant qu’actif monétaire augmente, elle ne diminue pas.

[…]

Le graphe 1 montre la relation entre les rendements réels américains et le prix de l’or en $. Les rendements réels (ajustés à l’inflation) et l’or sont étroitement corrélés. L’or-qui-ne-produit-pas-de-revenu va et vient de manière inverse aux rendements fournis par les actifs financiers. C’est compréhensible, mais posez-vous la question suivante : qu’est-ce qui va arriver maintenant que les taux d’intérêt des dettes publiques entrent en territoire négatif pour donner l’impression que l’accès au crédit est de plus en plus facile ?

La logique derrière la corrélation étroite devrait prendra fin si/quand plus aucun stimulus émanant de la banque centrale – en dehors du Quantitative Easing – ne produira d’inflation, et que cette inflation sera limitée aux actifs financiers. Ensuite le système s’effondrera et les autorités monétaires devront le remettre à plat.

Notre hypothèse est qu’il n’y aura pas de passage à un système bancaire non fractionnaire ou même un retour à des taux de change fixes ; cependant, il y aura une augmentation significative des dévaluations par rapport à l’or, et cela sera coordonné entre les différentes autorités monétaires.

ECM 2015.75 – entre l’enclume et le marteau

https://www.armstrongeconomics.com/armstrongeconomics101/basic-concepts/ecm-2015-75-the-rock-vs-hard-place/

QUESTION : Mr. Armstrong, avec votre point d’inflexion en 2015,75 selon votre modèle ECM, vous aviez dit que c’était le sommet en termes de gouvernement et que les 4,3 années qui suivaient allaient être dures pour tout le monde. Vous aviez également dit que 2016 verrait la montée d’un 3ème parti, et maintenant les gens évoquent l’idée que Bernie [Sanders] pourrait être ce 3ème parti. Vous aviez dit que 2017 serait l’année de l’enfer politique et on dirait que ça tend à ça ici en Europe, et avec Merkel à la porte tout va changer. Ensuite vous aviez dit que le système monétaire changerait d’ici 2020 mais que ça pourrait débuter dès 2018. Vous aviez dit que les taux d’intérêt commenceraient à augmenter en 2016, possiblement dès mars, et que cela fournirait un coup de fouet au $ et lancerait par-là même la Crise de la Dette Souveraine. Je comprends que cela n’est pas votre opinion et je peux désormais voir comment chaque élément est lié aux autres afin de créer la tendance prévalent. La conférence de Berlin était fantastique et m’a vraiment aidé à comprendre comment tout se met en place. Ma question est la suivante : avez-vous une quelconque idée du type de système monétaire auquel nous allons avoir droit ? Qu’est-ce qui va survivre ? Vous avez dit que le FMI essaye de se positionner pour ce rôle. Des idées ?

RÉPONSE : La Fed est coincée. Elle a deux options : 1) s’occuper de la crise des caisses de retraite à domicile en augmentant les taux d’intérêt afin d’empêcher les faillites desdites caisses ; ou 2) maintenir les taux bas afin de sauver les gouvernements des marchés émergents qui continuent à emprunter et sont condamnés à l’échec dans tous les cas. Ensuite il y a la question de savoir si oui ou non le déficit budgétaire des USA explosera avec la montée des taux.

La Fed a perdu la bataille de l’économie, mais il reste encore à ce que tout le monde s’en aperçoive. Notre modèle s’affole à partir de 2018, empirant jusqu’en 2020. Cela fait partie du sommet de 2015,75. Bien sûr, le public ne le voit pas encore. Il devrait constater les premiers symptômes l’année prochaine et ensuite le jeu va changer du tout au tout.

Les gouvernements ne vont pas s’en aller en douceur. Ils vont se débattre autant qu’ils pourront. Ils essaient d’imposer l’argent électronique vu que leur solution est de forcer tout un chacun à payer les impôts qu’ils réclament, quels que soient leurs montants. Le 1er janvier 2017, le G20 se mettra à partager des infos sur tout le monde. Les départements s’assurant de la conformité aux lois dans les entreprises dépenseront des milliards rien que pour ça. Même les sociétés qui n’ont pas de clients étrangers devront prouver que ce n’est pas le cas.

Naturellement, les gouvernements agiront de la manière la plus stupide qui soit car ils ne se réformeront pas eux-mêmes. Même s’ils arrivent à tout confisquer, cela ne suffira pas à les sauver. Alors soyez préparés. Ils vont punir à tout va. Attendez-vous à des lois farfelues qui les arrangeront tels que des amendements à la constitution. Ils trouveront n’importe quelle excuse pour confisquer des actifs ; la simple suspicion deviendra une preuve et il vous reviendra de montrer que vous êtes innocent.

[…]

Ce qui survit est toujours les actifs tangibles, que ce soit les terres, les entreprises, les actions, ou quelque chose de valeur comme l’or et l’argent physiques, les œuvres d’art… Quelle que soit la monnaie que nous utilisions, elle ne reste qu’un moyen d’échange entre plusieurs actifs tangibles. La monnaie n’est pas de « l’argent, » elle ne garde jamais sa valeur, et elle n’est surtout pas un moyen de stocker de la richesse. C’est simplement un moyen d’échange au même titre que le langage. Alors quel que soit le système que nous héritions, et je pense qu’il s’agira d’un panier de devises, deviendra le nouveau moyen d’échange grâce auquel tout sera mesuré.

Plainte déposée suite à l’admission de Deutsche Bank de manipulation de l’or et l’argent

http://www.zerohedge.com/news/2016-04-16/billion-dollar-lawsuits-filed-following-deutsche-banks-admission-gold-silver-rigging

À peine un jour a passé depuis l’admission historique de manipulation des prix de l’or et de l’argent métal par Deutsche Bank, qui, comme on l’a rapporté jeudi, s’est réglée par non seulement un « paiement monétaire conséquent » mais aussi la « coopération de Deutsche Bank dans les poursuites à venir » à l’encontre des autres membres du cartel, c.-à-d. en dénonçant la manipulation par les autres membres du cartel, et les plaintes en ‘class action’ [multiples parties civiles] ont commencé.

Du jour au lendemain deux plaintes en ‘class action ont été déposées pour le compte d’investisseurs Canadiens ayant des positions sur l’or et l’argent auprès de la Cour Supérieure de Justice de l’Ontario, plaintes visant à obtenir 1 milliard de $ d’indemnités.

La première plainte allègue que les accusés, dont la Bank of Nova Scotia, ont conspiré pour manipuler les prix sur le marché de l’argent métal sous le couvert du processus de fixing [fixation quotidienne du prix], connu comme le London Silver Fixing, sur une période de quinze ans.

Dans le texte :

  • Il est estimé que les accusés ont manipulé l’écart entre le prix offert et le prix demandé des instruments du marché de l’argent métal tout au long des journées de cotation dans le but d’accroître leurs profits aux dépens des plaignants. Cette conduite supposée n’a pas seulement affecté les investisseurs qui ont acheté et vendu de l’argent métal physique, mais aussi ceux qui ont acheté et vendu des instruments financiers liés à l’argent métal.
  • La plainte est déposée au nom des personnes au Canada qui, entre le 1er janvier 1999 et le 14 août 2014, ont effectué des transactions sur un instrument du marché de l’argent métal soit directement soit indirectement, y compris les investisseurs qui ont participé dans un fonds d’investissement ou un fonds action, un fonds mutualisé, un hedge fund, un fonds de pension, ou tout autre véhicule d’investissement qui a opéré à l’aide d’un instrument sur le marché de l’argent métal.

Une plainte en ‘class action’ a également été déposée pour la manipulation des prix de l’or.

Maintenant que le Canada a ouvert la boîte de Pandore, nous nous attendons à des plaintes similaires à venir aux USA.

Deutsche Bank confirme la manipulation des marchés de l’argent et de l’or

http://www.zerohedge.com/news/2016-04-14/case-closed-deutsche-bank-confirms-silver-market-manipulation-legal-settlement-agree

Deutsche Bank confirme la manipulation du marché de l’argent métal

En juillet 2014, nous rapportions qu’en vue d’obtenir si ce n’est une compensation du moins une confirmation de manipulation par les banques dans le domaine des métaux précieux, un groupe de banques commercialisant de l’argent métal et comprenant Deutsche Bank, Bank of Nova Scotia, et HSBC (UBS ayant été ajoutée à la liste par la suite) fut accusé de manipuler les prix dans ce marché à plusieurs milliards de $.

La plainte, originellement déposée dans une cour de NY par le vétéran des litiges J. Scott Nicholson, suggérait que les banques, qui supervisent le fixing [fixation quotidienne du prix] centenaire de l’argent, auraient manipulé le marché physique et celui des futures du COMEX depuis janvier 2007. La plainte reçut plus tard le statut de ‘class action’ [multiples parties civiles]. Ce fut la première plainte visant le fixing de l’argent.

Beaucoup s’attendaient à ce que la plainte n’aboutisse pas et que les banques accusées traînent des pieds indéfiniment : après tout, leurs budgets légaux dépassaient de loin ceux des plaignants.

C’est pourquoi nous avons été étonnés de lire que non seulement cette plainte contre la manipulation des métaux précieux n’a pas disparue, mais l’accusé principal, la banque allemande en difficulté Deutsche Bank est tombée d’accord pour régler la dispute quant aux allégations selon lesquelles elle aurait conspiré illégalement avec Bank of Nova Scotia et HSBC pour fixer les prix de l’argent métal aux dépens des investisseurs, rapporte Reuters citant un document déposé au tribunal par la firme de droit Lowey.

Les détails n’ont pas été rendus publics, mais l’accord inclura un paiement monétaire par Deutsche.

Cela va sans dire qu’il n’y aurait eu ni règlement à l’amiable ni paiement si les banques n’avaient rien fait de mal.

[…]

Il y a plus.

Dans un curieux coup de théâtre, la lettre du règlement révèle une surprise, à savoir que les ex-membres du cartel de la manipulation se sont retourné les uns contre les autres. Dans le texte :

« En plus de la considération monétaire conséquente, Deutsche Bank a également accepté de fournir une coopération aux plaignants, y compris en produisant des messages instantanés et autres communications électroniques, comme convenu dans le règlement. Selon l’estimation des plaignants, la coopération à fournir par DB aidera substantiellement les plaignants dans leurs poursuites judiciaires à l’encontre des accusés ayant refusé un règlement à l’amiable.

[…]

http://www.zerohedge.com/news/2016-04-14/first-silver-now-gold-deutsche-bank-admits-it-also-rigged-gold-prices-legal-settleme

Deutsche Bank admet avoir manipulé les prix de l’or, est d’accord pour dénoncer d’autres manipulateurs

Eh bien il n’aura pas fallu longtemps…

Plus tôt dans la journée nous écrivions à propos de la nouvelle surprenante selon laquelle DB a décidé de tout « balancer » sur le cartel de la manipulation des métaux précieux en signant un règlement pour une plainte concernant la manipulation des prix de l’argent métal, et, en plus d’un « paiement significatif, » a dit qu’elle exposerait les manipulations des autres banques ayant aussi « accepté de fournir une coopération aux plaignants, y compris en produisant des messages instantanés et autres communications électroniques, comme convenu dans le règlement, » nous disions que « puisque ce n’est qu’une plainte parmi de nombreuses déposées ces deux dernières années dans les cours fédérales de Manhattan dans lesquelles des investisseurs ont accusé les banques de comploter pour manipuler les taux ou les prix dans les marchés financiers et des matières premières, nous nous attendons à ce que maintenant que DB s’est « mise à table, » beaucoup plus d’informations curieuses concernant les manipulations des métaux précieux vont faire surface, et vont confirmer ce que les « fanas de l’or » disaient depuis le début : que les marchés des métaux précieux étaient manipulés depuis le début. »

Cela s’est confirmé il y a quelques instants quand Reuters a rapporté que Deutsche Bank s’était aussi mise d’accord pour signer un règlement à l’amiable dans un litige US alléguant que la banque avait conspiré pour manipuler les prix de l’or. En d’autres termes, quelques heures après avoir admis qu’elle manipulait le marché de l’argent métal, elle a fait de même avec l’or.

[…]

Encore plus important, comme le révèle l’accord lui-même, Deutsche a accepté qu’en plus, une fois encore, de fournir « un paiement monétaire conséquent » qui sera versé dans un fonds ad hoc, elle fournira également une « coopération pour les poursuites judiciaires à l’encontre des accusés restants. »

******

Un complot qui s’avère être un complot après tout ?! Un-possible… !!

La ruée vers le liquide a commencé – Pourquoi ça rapporte de paniquer en premier

[https://www.armstrongeconomics.com/markets-by-sector/foreign-exchange/euro/euro-for-month-end-feb-2016/

…on n’anticipe pas de + bas de l’€ AVANT 2018 et au plus tard en 2020-2021…]

En août 2012, quand les taux d’intérêt négatifs étaient encore considérés comme une pure folie de la politique monétaire au lieu d’une réalité monétaire globale qui a poussé 6.000 milliards de $ en obligations à rendement négatif, la Réserve Fédérale de NY imaginât des scénarios de taux négatifs et écrivit « Faites attention à ce que vous souhaitez, » expliquant que « si les taux deviennent négatifs, le Bureau de la Gravure et de l’Imprimerie du Ministère des Finances US sera probablement appelé à imprimer beaucoup plus de billets au fur et à mesure que les individus et les PME substituent l’argent liquide d’au moins une partie de leur compte en banque. »

Eh bien peut-être que non…surtout si l’argent physique disparaît graduellement en faveur d’argent électronique « équivalent » comme autant d’ « économistes érudits » et de médias l’ont suggéré récemment, pour la simple raison que dans un monde avec des taux d’intérêt négatifs, l’argent physique – tout comme l’or physique – constitue un exutoire bien pratique à la répression financière consistant à maintenir ses économies sous forme digitale à la banque où lesdites économies sont taxées à -0,1%, ou -1%, ou -10% ou pire chaque année par une banque centrale et un gouvernement tous deux espérant forcer les consommateurs à dépenser plutôt que d’économiser.

Pour le moment le liquide est toujours légal, et la NIRP [Politique des Taux d’Intérêt Négatifs] – bien qu’elle soit déjà une réalité pour les banques elles-mêmes – reste toujours à être transmise aux épargnants.

Le problème plus grave est que dans tous les pays ayant lancé une NIRP, au lieu de forcer à dépenser, l’exact opposé s’est produit : comme on l’a montré en octobre dernier, quand Bank of America s’est intéressée aux tendances d’épargne dans les pays Européens soumis à une NIRP, au lieu de faciliter les dépenses, ce qui s’est passé est précisément l’inverse : « comme le BIS l’a souligné, les taux très bas peuvent de manière perverse inciter à une plus grande propension des consommateurs à économiser vu que leur retraite devient plus incertaine. »

Appelez une erreur monumentale de plus de la part des planificateurs keynésiens qui, une fois de plus, n’ont pas réussi à estimer les nuances du bon sens et des préférences de liquidité des consommateurs moyens.

Cependant, ce n’est pas parce que les taux d’intérêt négatifs n’ont pas encore été répercutés sur les épargnants, ou parce que le liquide n’est pas encore illégal, ne signifie pas que cela ne le sera pas.

La question est double : que se passe-t-il après que les économies des épargnants lambda dans les banques sont officiellement taxés et/ou que le liquide disparaît, et, de manière plus importante, que se passe-t-il juste avant ?

En d’autres termes, y aura-t-il une ruée sur le liquide ?

La vérité c’est que si la société panique et qu’il y a bien une ruée des dépôts électroniques des banques vers l’argent physique afin d’échapper à la taxation via les taux négatifs, seuls ceux qui paniquent en premier seront à l’abri. Pourquoi ? À cause de la « magie » de la réserve fractionnaire – il n’y a tout simplement pas assez d’argent physique en circulation pour satisfaire la demande de tous les épargnants.

Voilà comment Steven Major d’HSBC explique le problème :

Au vu des éléments jusqu’à présent, les foyers ne se sont pas encore rués pour retirer du liquide afin de le mettre dans un coffre personnel ou, de manière plus significative, n’ont pas payé quelqu’un pour le stocker à leur place. C’est parce que les taux de dépôts de l’épargne sont encore au-dessus de zéro étant donné que les banques ont choisi de ne pas répercuter les taux de marché plus bas.

La présupposition consistant à dire que les dépôts des banques peuvent rapidement être convertis en liquide ne tient pas, à notre avis. Si tout le monde cherchait à retirer leur liquide de la banque en même temps, le système arriverait à court très vite vu qu’il n’y a tout simplement pas assez de billets en circulation. Il faudrait un temps considérable pour imprimer les billets nécessaires pour répondre à la demande. Une banque centrale pourrait appliquer un taux négatif pendant très longtemps dans ces conditions. Par exemple, aux USA, mais si le taux de production doublait – et en supposant que le taux de retrait des vieux billets resterait le même et qu’il y a une demande pour 3.000 milliards de $ de nouveaux billets – l’impression prendrait 20 ans.

Pour expliquer ceci, considérez la demande de monnaie générée si les épargnants essayaient de retirer du liquide du système bancaire US. La demande pourrait atteindre n’importe quel montant compris entre 2.500 milliards (de réserves excédentaires) et 4.500 milliards (le bilan global de la Réserve Fédérale). À l’heure actuelle il y a 1.500 milliards de $ de monnaie en circulation et la production globale annuelle correspond à une valeur faciale de 149 milliard de $, indiquant que l’impression des billets prendrait 20 ans.

L’argent en circulation ne pèse pas grand-chose comparé à la demande potentielle en cas de taux négatifs. Pour donner un exemple, les actifs de la Fed sont trois fois supérieurs à l’argent en circulation, et ceux de la Riksbank [banque centrale de Suède] presque dix fois supérieurs (voir tableau 1), mais la capacité de production est limitée.

                        L’argent en circulation pèse peu face aux réserves des banques centrales

Même s’il a largement raison, Major a tort sur deux points essentiels.

Tout d’abord, quand on estime la demande potentielle pour l’argent physique en circulation, on doit prendre en compte non seulement le montant des réserves totales de la Fed (ou son bilan dans son ensemble) mais le système bancaire de réserve fractionnaire dans son intégralité, et en particulier le montant des dépôts garés dans les banques sous la forme de comptes de demande, comptes chèques, comptes d’épargne, soit en d’autres termes tous les composants majeurs de [la masse monétaire] M2. Non seulement cela, mais on doit aussi comptabiliser la menace annoncée par un nombre croissant d’économistes ayant trait à la disparition potentielle des billets à valeur faciale élevée, d’abord en Europe avec le 500€ puis aux USA avec le 100$.

Ce qu’une interdiction des Ben Franklin (100$) impliquerait est que la valeur notionnelle totale de la monnaie US en circulation plongerait de 1.350 milliards de $ au dernier compte, à tout juste 271 milliards de $ une fois la valeur de 1.080 milliards en billets de 100$ éliminée. Pour mettre cela en perspective, il y a pour le moment 11.100 milliards de $ d’épargne placée dans divers types de comptes dans les banques comme résumé dans le graph ci-dessous.

          Agrégats Monétaires Primaires: Argent en Circulation vs Dépôts Bancaires      Monnaie en Circulation sauf billets de 100$ (G) Total de la Monnaie en Circulation (C) Total des Comptes de Dépôt, Chèques, et D’épargne (D)

[…]

Quand bien même, ce que le graphique montre c’est que si, et quand, une ruée sur le liquide va commencer, il y aura en gros 1$ physique pour répondre à une demande de 10$ de la part des épargnants, un ratio qui chute à 20 cents [0,2 $] de liquide « livrable » si les Ben Franklin sont mis hors circulation.

***

La seconde, et bien plus vitale, erreur que commet Major est de supposer que « les foyers ne se sont pas encore rués pour retirer du liquide afin de le mettre dans un coffre personnel. » Comme on l’a expliqué précédemment, si cela a pu être vrai pendant longtemps depuis 2014 quand les premiers cas de NIRP ont fait surface, ce n’est désormais plus le cas. Rappelez-vous « Les Coffres en Rupture de Stock au Japon, La Demande pour les Billets de 100 Francs Suisses Accélère – NIRP Provoque une Accumulation de Liquide »

Maintenant que les appels à l’interdiction du liquide se sont fait entendre par les masses en général crédule et que Jose Canseco et autres du même tonneau s’époumonent face aux taux négatifs, les épargnants commencent à retirer leur argent des banques.

« Ne regardez pas plus loin que les magasins de bricolage du Japon pour un signe inquiétant que les épargnants accumulent du liquide – le contraire de ce que la Banque du Japon [BoJ] espérait quand elle a récemment introduit les taux d’intérêt négatifs, » écrivait le WSJ ce matin. « Les signes émergent d’une demande en forte augmentation pour les coffres-forts – un endroit où le taux d’intérêt sur le liquide est toujours zéro, quoi que fassent les banques centrales. »

« En réponse aux taux d’intérêt négatifs, des personnes âgées pensent stocker leur argent sous leur matelas, » déclarait au Journal une vendeuse du magasin Shimachu dans l’est de Tokyo, qui dit également qu’au moins un modèle coûtant 640€ est en rupture de stock et ne sera pas à nouveau disponible avant un mois.

« D’après la théorie de la BoJ, ils auraient dû mobiliser leurs fonds vers des actifs plus risqués mais à rendement supérieur. Au lieu de ça, ils sont allés vers le liquide qui ne rapporte rien, » écrivait Richard Katz, auteur de The Orient Economist ce mois-ci.

Pendant ce temps en Suisse, la circulation des billets de 1.000 francs a bondi de 17% l’année passée à la suite de la NIRP instaurée par la Banque Centrale Suisse [SNB].

« Une conséquence de la décision d’abaisser le taux de dépôt de la SNB vers des territoires négatifs fin 2014, et de creuser la négativité jusqu’à atteindre -0,75% en début d’année, a peut-être été d’accélérer le stockage de liquide, » rapporte le WSJ. « Détenir de l’argent liquide le protégerait du risque que les banques suisses à une certaine échéance se mettent à faire payer aux clients leurs dépôts d’argent. »

« Le lien entre l’augmentation de la circulation des billets à forte valeur faciale et la politique de la banque centrale est évident, » dit Karsten Junius, économiste en chef dans la banque J. Safra Sarasin. Eh bien oui, il l’est. Tout comme le lien entre l’augmentation des ventes de coffres-forts au Japon et la NIRP de Haruhiko Kuroda est clair comme de l’eau de roche.

Donc une fois encore, on voit que quand on expérimente des politiques qui vont à l’encontre de la logique (comme de faire payer les gens pour garder leur argent), il y a souvent des conséquences imprévues, et quand on ajoute une demande atone à cause des NIRP dans un système monétaire qui inclut toujours les billets de banque, vous obtenez une ruée sur le liquide. Et sur les coffres-forts pour le stocker.

Encore avec cet article : « La Demande pour les Gros Billets Augmente alors que le Japon Bourre ses Coffres de Billets de 10.000 Yens. »

« La demande pour les billets de 10.000 yens augmente régulièrement au Japon, alors que la population du pays décroît et que l’utilisation de cartes de crédit et d’autres formes de paiement électronique augmente, » écrit Bloomberg. « Alors que plus de liquide semble être une bonne idée, certains économistes sont inquiets du fait que cela indique que les foyers japonais planquent de l’argent à la maison au lieu de l’investir ou de le mettre dans des comptes en banque – où il peut faire son chemin vers le système financier et se rendre utile. »

Un fabriquant de coffres-forts qui a parlé avec Bloomberg a dit que les envois de coffres ont doublé ces six derniers mois. Si une partie de la demande peut être attribuée à la nouvelle initiative « My Number » du pays, « la NIRP va probablement intensifier la préférence des foyers japonais pour stocker leur liquide chez eux, » dit Hideo Kumano, économiste au Dai-ichi Life Research Institute. « De manière générale, la tendance du plus de liquide à la maison reflète les inquiétudes quant à la perspective sur l’économie parmi les foyers. Ce n’est pas une bonne chose. »

Non, vraiment pas, et pas à  cause des inquiétudes quant à la perspective sur l’économie : cela ne comptait plus avant l’arrivée d’Abe et Kuroda sur le devant de la scène, surtout à cause de la spirale du désespoir de la démographie du Japon.

« Ce n’est pas une bonne chose » parce que cela confirme que la ruée globale sur le liquide – quand bien même les banquiers du monde entier aimerait que cela reste un secret – a commencé, et comme le montre le graphique ci-dessus, dans un monde fonctionnant en réserves fractionnaires dans lequel il y a 10$ réclamés par les épargnants pour chaque $ en argent physique, cela paye littéralement d’être le premier à paniquer, vu que les 9 personnes sur 10 qui paniquent après la première personne n’auront rien.

***

Au final, ce à quoi cela se résume est la pyramide inversée d’Exeter. Pour rappel, c’est ainsi que Paul Singer d’Elliott résume la valeur notionnelle totale des différents classes d’actifs :

 

Dérivés OTC :            692.000 milliards de $ fin 2014, selon le BIS. Pour comparer, ce chiffre était de 72 milliards en 1998.

Immobilier :              180.000 milliards de $.

Obligations :             161.000 milliards de $ fin 2014.

Actions :                     64.000 milliards de $.

M1 Globale :              24.000 milliards de $ fin 2013.

Or :                                6.800 milliards de $ fin 2013.

 

Parce qu’une fois que les banques sont à court d’argent liquide dans une pagaille post-NIRP, il y a toujours – au moins jusqu’à ce qu’il soit à nouveau confisqué – l’or.

http://www.zerohedge.com/news/2016-02-27/global-run-physical-cash-has-begun-why-it-pays-panic-first

La Folie du Gouvernement et du Socialisme – Un Échec Complet

http://www.armstrongeconomics.com/archives/42372

Je préviens depuis longtemps que l’expansion du gouvernement réduit la croissance économique et agit comme un trou noir absorbant de + en + de richesses, réduisant ainsi l’expansion économique. Si le gouvernement continue à croître, ce qui ne crée aucune richesse, au final vous vous retrouvez avec 100% de la consommation dus au gouvernement, ce qui revient au communisme. On devrait déjà se tenir que des caisses en bois dans la grande tradition du ‘Coin d’expression publique’ de Hyde Park, à Londres [où se tiennent les gens qui veulent exprimer leur opinion sur n’importe quel sujet, portant à controverse ou pas], criant: “HEY, OÙ EST-CE QU’ON VA COMME ÇA?!”

(V) Taux de Croissance sur la Décennie (H) Dépense Totale du Gouvernement (au début de la décennie) en % du PNB

Voilà un graphique produit par l’OCDE auquel personne ne fait attention. Il montre clairement ce contre lequel je m’élève. Plus le taux de taxation est haut, plus la croissance économique est faible. Un lecteur nous l’a envoyé en disant que CHAQUE HOMME POLITIQUE devrait voir ce graphique. Le problème est qu’ils manquent de compréhension et ne mesurent pas sa signification. Il y a deux échelles et nous savons tous que ceux au pouvoir voient tout linéairement, une chose à la fois.

Je pourrais tenir une conférence prédisant le future et la faire payer 3,95$. Cela prendra moins d’une minute. “Salut, je suis Martin Armstrong. Je suis ici pour vous dire: vous êtes tous foutus! Merci beaucoup. Profitez bien de ce qu’il vous reste de libertés d’ici 2017.”

Il n’existe PAS DE PORTE DE SORTIE de ce bazar. Il faut tout simplement que nous nous effondrions. Le phénix est le symbole de ce processus. Il renaît de ses cendres. C’est, au final, le symbole même de ce cycle. […]

“A chattering crow lives out nine generations of aged men, but a stag’s life is four times a crow’s, and a raven’s life makes three stags old, while the phoenix outlives nine ravens, but we, the rich-haired Nymphs, daughters of Zeus the aegis-holder, outlive ten phoenixes.”

Hesiod, quoted by Plutarch, Obsolescence of Oracles 415c).