Gagnez 1.000.000€ en prouvant qu’on peut aller sur la Lune/Mars et en revenir

Le Défi n°2 d’Anders Björkman (09/2012)

 

Il semble que le Comité d’Examen des Projets des États-Unis Concernant le Vol Spatial Humain (aussi connu sous le nom de Comité HSF, Comité Augustine, ou Commission Augustine) croit que les voyages spatiaux habités soient faciles :

Le Comité conclue que, « le but ultime de l’exploration humaine est de tracer la voie pour une expansion humaine dans le système solaire. » Il a également fait l’observation que « les destinations devraient découler des objectifs, » et « les  objectifs du voyage spatial habité devraient grossièrement s’aligner avec les objectifs nationaux clés. » Les destinations au-delà de l’orbite basse terrestre envisagées par le Comité incluent la Lune, Mars, et les objets proches de la Terre ainsi que les lunes de Mars, Deimos et Phobos. Parmi ceux-ci, le Comité pense que « Mars sort du lot parmi toutes les opportunités d’exploration » car « si les humains doivent un jour vivre pour des périodes prolongées sur une autre surface planétaire, ce sera certainement Mars. »

Le Comité devait prendre en compte plusieurs considérations, mais pas celle de savoir si le voyage spatial habité est possible ou pas.

Afin d’envisager cette dernière possibilité, le défi n°2 d’Anders Björkman consiste à :

UN : calculer, en se servant des principes astrophysiques de base de la navigation spatiale la quantité de fuel (ou d’énergie) nécessaire pour réaliser un trajet aller-retour vers la Lune ou Mars, avec un humain à bord, et en partant dans l’espace depuis une orbite terrestre [on ne considère même pas un départ depuis la surface terrestre] vers la Lune ou Mars ;

DEUX : décrire le vaisseau spatial, c’est-à-dire sa masse avant et après les diverses manœuvres du vaisseau au cours du voyage, le(s) bouclier(s) thermique(s), les moteurs et réservoirs qui peuvent transporter la quantité de fuel nécessaire en utilisant la technologie de 1960 ou de 2015, les quartiers et équipements de l’équipage ;

TROIS : montrer qu’il est en fait possible de réaliser ce voyage. Merci de ne pas présenter des rêves et des fantasmes.

Toute présentation devra inclure :

  1. Mass (kg) / Vitesse (m/s) du vaisseau spatial (et masse du carburant) en orbite autour de la Terre (prêt à partir !)
  2. Mass (kg) / Vitesse (m/s) du vaisseau spatial (et masse du carburant) après avoir quitté l’orbite terrestre et étant en route vers la Lune/Mars
  3. Mass (kg) / Vitesse (m/s) du vaisseau spatial (et masse du carburant) avant l’arrivée sur la Lune ou Mars
  4. Mass (kg) / Vitesse (m/s) du vaisseau spatial (et masse du carburant) en orbite autour de la Lune ou Mars (si cela s’applique)
  5. Mass (kg) / Vitesse (m/s) du module spatial [devant atteindre la surface] (et masse du carburant) en orbite autour de la Lun ou Mars et avant l’atterrissage (si cela s’applique)
  6. Mass (kg) du module spatial et du carburant après l’atterrissage sur la Lune ou Mars
  7. Mass (kg) du module spatial et du carburant avant le départ de la Lune ou Mars
  8. Mass (kg) / Vitesse (m/s) du vaisseau spatial (et masse du carburant) en orbite autour de la Lune ou Mars et avant le retour vers la Terre (si cela s’applique)
  9. Mass (kg) / Vitesse (m/s) du vaisseau spatial avant la réentrée sur Terre

Les manœuvres nécessaires pour arriver en / quitter les orbites et pour atterrir / décoller doivent être expliquées en détails, ce qui inclue les lieux, les temps etc…

John Olson, directeur du Bureau d’Intégration du Directoire de Mission des Systèmes d’Exploration de la NASA a déclaré en 2009 qu’il est facile de se rendre sur la Lune pour établir une présence humaine durable dans l’espace. Ce sera fait d’ici 2020 ! Demandez-lui de vous aider à remporter mon défi n°2 !

J’invite les ingénieurs de la NASA, du JPL, de l’ESA, d’Harvard, du Département d’Astronautique du MIT (!), et de l’Institut de Science et Technologie de Skolkovo à participer au défi n°2 d’Anders Björkman. Si Apollo 11, d’une masse de 339 tonnes, pouvait quitter l’orbite terrestre en 1969 et atteindre la Lune, si le module de commande d’Apollo 11, d’une masse de 5.5 tonnes, après le trajet vers la Lune, pouvait revenir sur Terre, vous n’avez qu’à copier cette réussite en terme d’utilisation de carburant – tout en laissant derrière soi 333.5 tonnes de bouts de ferraille – ainsi que les technologies associées et gagner un chèque d’1.000.000 € ! Faites-le ! L’argent est, bien entendu, disponible.

Vous pouvez trouver des informations pertinentes sur le sujet à la page Voyage Lune/Mars d’Anders Björkman. Toute description véritable d’un vaisseau spatiale permettant d’accomplir une mission habitée vers la Lune ou Mars avec le voyage retour peut gagner ce chèque d’1.000.000 € ! Jusqu’à présent, les voyages spatiaux habités ne sont restés qu’une arnaque idiote…déguisée en sujet de sécurité nationale.

Comment atterrir sur n’importe quelle planète avec une atmosphère est décrit dans le document Revenir de l’Espace : La Réentrée, c’est-à-dire qu’au lieu d’utiliser un moteur avec roquettes et du carburant pour le freinage nécessaire à un alunissage, vous vous servez d’un bouclier thermique, des frictions et turbulences à un angle d’entrée faible pour réduire la vitesse horizontale, pendant que la gravité vous attire vers le sol à une vitesse verticale croissante. Essayez d’utiliser cette information pour expliquer votre atterrissage vers la Lune ou Mars en 2015. Buzz Aldrin – célèbre cosmo-clown des années 1960 et auteur de la thèse de 1963 « Techniques de guidage par ligne de mire pour rendez-vous orbitaux » – est toujours parmi nous. Offrez-lui un coup à boire et demandez-lui comment il a réussi à aller sur la Lune puis à en revenir. Bonne chance !

La première personne à calculer la quantité de carburant nécessaire pour achever un voyage spatial et à décrire le vaisseau spatial l’accomplissant gagne 1.000.000 € !

Les terroristes, les négationnistes, les gens qui ont vu voler des OVNIs sont tous invités à participer afin de valider leurs idées/actions/services !

Envoyez votre candidature (calculs détaillés du carburant et description du vaisseau) à

Anders Björkman, 6 rue Victor Hugo, F 06 240 Beausoleil, France, 

anders.bjorkman@wanadoo.fr

L’argent est, bien entendu, à disposition.

Publicités