Martin Armstrong – Rush sur le cash avant l’effondrement

Planquer son liquide –prélude à l’effondrement

Nous suivons la confiance dans le système bancaire entre autre à travers les retraits de liquide. La vente de coffres-forts domestiques a bondi dans plusieurs pays. J’ai déjà relaté le fait qu’1/10ème des billets de banque en Suisse sont des billets de 1.000 CHF. En fait, il y a 41,6 milliards de CHF en circulation rien que sous la forme de ces billets de 1.000 CHF. La BCE est véritablement acéphale car elle pensait qu’avec sa politique de taux d’intérêt négatifs les gens dépenseraient leur argent et cela aurait relancé l’inflation. Ils avaient raison sur le fait que les gens ne veulent pas payer des taux d’intérêt négatifs. Mais ils n’ont jamais anticipé que les gens retireraient simplement leur argent et le stockeraient plutôt que de le dépenser. La tendance au stockage du liquide a commencé en 2011. Elle est entrée dans les médias en 2012. Désormais les épargnants allemands achètent des coffres-forts pour leur maison et retirent leur argent de la banque. Bien évidemment, ils expliquent ce changement par les taux d’intérêt négatifs, mais les inquiétudes quant à l’état de santé de Deutsche Bank n’aident pas non plus.

Nous assistons à l’émergence de cette tendance à travers l’Asie tout entière également. Le Japon imprime des billets de 10.000 yens comme si demain n’existait pas. Les Japonais eux aussi retirent leur argent pour le stocker chez eux. Même les Américains ont commencé à planquer du liquide dès 2011, ce qui a été rapporté dans les médias en 2014. En fait, 43% des Américains gardent leur épargne en liquide ces jours-ci car les taux d’intérêt ne rapportent rien. Et un incroyable 53% de ces gens qui stockent du liquide « prévoient de cacher des billets dans un lieu secret à la maison. »

Tout se déroule comme anticipé par notre modèle. Le sommet en matière de confiance dans les banques et le gouvernement est en place. À partir de là, tout ce qu’il reste c’est l’effondrement de la confiance du public qui va être renforcé par les élections de novembre.

Tout ce que nous attendons désormais c’est purement et simplement l’effondrement final. Cela sera un sujet de discussion central lors de la conférence WEC d’Orlando en novembre.

Publicités