Pourquoi les « terroristes » ont gagné

Un Professeur d’Université Suspecté de Terrorisme Après Avoir Fait des Maths dans un Avion

http://www.zerohedge.com/news/2016-05-08/ive-league-professor-suspected-terrorism-doing-math-plane

La semaine dernière, le vol 3950 d’American Airlines était posé sur le tarmac de Philadelphie, attendant de décoller pour un vol de courte durée vers Syracuse. Assis côte à côte étaient deux personnes qui ne se connaissaient pas : un homme de 40 ans aux cheveux noirs et bouclés, et avec un accent étranger, et une trentenaire blonde.

La femme observa l’homme écrire avec détermination des sortes de symboles étrangers sur un cahier, et lorsqu’elle lui demanda s’il habitait Syracuse il répondit simplement « non. » Ces deux éléments mirent suffisamment mal à l’aise la passagère pour qu’elle fasse passer un message à un membre d’équipage expliquant qu’elle ne se sentait pas bien. Au bout d’un moment la stewardesse demanda à la femme si elle se sentait toujours malade, ce à quoi elle répondit qu’elle était en état de voler. Cependant, l’avion fit quand-même demi-tour revenant à la porte d’embarquement, et la femme descendit de l’avion.

Alors que l’avion était à l’arrêt, un membre d’équipage fournit des excuses quant au fait que l’avion n’était pas encore reparti. Au bout d’un certain laps de temps, le pilote vint au siège où était assis l’homme et l’escorta lui aussi hors de l’avion. L’homme fut mené à un agent qui lui demanda ce qu’il savait de la passagère assise à côté de lui. L’homme avait l’impression que l’agent essayait de savoir ce qui n’allait pas chez la femme en question, alors il répondit qu’elle paraissait un peu bizarre, mais ne semblait pas visiblement malade.

C’est là que l’histoire prend un tournant inattendu pour notre homme, alors que l’agent révèle la vraie raison pour laquelle on l’avait escorté hors de l’avion pour répondre aux questions d’un agent : on le soupçonnait de terrorisme.

Tout ce que l’homme put faire fut de rire, indiquant que les étranges symboles dans son cahier ne faisaient pas partie d’un message cryptique, mais plutôt une équation différentielle. L’homme fut littéralement suspecté de terrorisme pour avoir fait des maths.

L’homme s’appelle en réalité Guido Menzio et est professeur d’économie dans une des meilleurs universités du pays, UPenn. […]

Le professeur montra ses calculs aux autorités et fut autorisé à réembarquer. Le vol décolla, mais sans la blonde. […]

Menzio déclara qu’il était perturbé par l’ignorance de la femme, et frustré par un « système inepte qui ne collecte pas les informations de manière efficace, » ainsi « qu’un protocole de sécurité trop rigide, dans le sens où une fois qu’une alerte a été donnée, tout s’arrête sans vérifications préalables, et dépend des témoignages de gens qui peuvent ne connaître rien à rien. » […]

On imagine que si le professeur avait simplement acheté une copie de [Closer] avant l’embarquement, lui et la femme auraient fini copains comme cochons. Et si nous ne sommes pas convaincus que Trump est à blâmer pour la stupidité pure et simple des gens, nous sommes certains que finir sur la liste des terroristes pour avoir écrit une formule mathématique est mauvais signe quant à la santé de la nation.

Publicités