6 mythes sur les flingues que vous devez à Hollywood II

# 3 Les fusils à pompe sont des machines à nettoyer les pièces en tuant tout le monde

Nommez une arme qui déchire plus que le fusil à pompe. Quoi ? Tant que notre patente pour une tronçonneuse faite de piranhas n’est pas approuvée, vous ne pouvez pas ? C’est parce que c’est putain d’impossible (pour l’instant). Et si vous n’êtes pas d’accord, alors Mad Max.

 

Le fusil à pompe a gagné sa réputation du fait qu’il est énorme, possède un gigantesque canon, et tire un essaim de plomb mortel en fusion qui ne nécessite aucune précision de la part du tireur. Prenez cette scène, que l’on doit à John Woo :

La seule raison d’utiliser un autre flingue serait pour le fixer à votre fusil à pompe.

Le fusil à pompe propulse une poignée de billes en plomb dans les méchants avec un rayon si vaste qu’il peut en toucher plusieurs à la fois. C’est l’arme idéale pour décaniller un tas de zombies d’un coup ou atteindre des criminels en tout genre sans prendre la peine de viser. Et alors que vos amis se vantent de leur précision en tirant sur des canettes en alu posées sur des bûches, vous pouvez lancer : « Merde à vos canettes, j’ai fait sauter la bûche et tous les arbres alentour. » Les fusils à pompe sont tellement cools.

C’est la répartition réelle d’un fusil à pompe de calibre 12 bourré de chevrotine de type .00 (pour arrêter un chevreuil en pleine course typiquement). Vous noterez que c’est bien plus étendu que l’impact d’une balle de pistolet. Vous noterez également que c’est bien trop restreint pour toucher autre chose qu’une seule cible, et vue que les grains de chevrotine sont beaucoup plus petits que les balles, il faut être sûr de grouper le tir pour espérer être dangereux.

Alors quoi que vous fassiez ce fusil à pompe avec deux canons ne touchera qu’une personne à la fois. Ou, peut-être, 3 abeilles.

 

# 2 Mortel au stand de tir = Mortel dans la vraie vie

Pensez à n’importe quel film ou l’aspirant dur à cuir doit prouver sa valeur sur le terrain en s’entraînant au tir devant une cible en papier. Quand les flics veulent frimer, une scène dans un tel stand de tir est la manière la plus simple d’établir leur talent. Idem pour « quelqu’un » comme Robocop :

…ou une fille mignonne avec un goût pour les écharpes hors de prix, comme dans Castle :

…Dans le monde réel, les gens ne sont pas aussi cools et précis quand ils tirent sur quelque chose qui n’est pas un bout de papier immobile. Pour spécifier, après avoir étudié plus de 200 interactions violentes, absolument aucun lié n’a été établi entre le talent au stand et l’efficacité en situation de combat réel. Aucun. Hollywood vous enseigne que le type armé qui atteint le centre de la cible à 30 m au stand déchire un max, mais la science prouve que c’est de la foutaise (et l’armée ne conseille même pas de pratiquer le tir à longue distance avec pistolet dans ses manuels de formation).

D’après la source que nous avons donnée, « l’élément le plus important de loin pour la survie d’un officier au cours d’une confrontation armée est l’abri. » Se mettre à couvert. Pas vraiment se cacher mais avoir l’expérience pour reconnaître ce qui pourrait servir de protection la plus efficace. Si vous avez deux types au stand, celui qui peut déterminer le meilleur endroit pour se mettre à l’abri sera 60% plus efficace dans un échange de coups de feu que celui qui touche le centre de la cible 10 fois sur 10…

Heureusement que ces vitres me protègent…

On dirait qu’Hollywood cherche à ce que vous périssiez dans une fusillade.

 

# 1 Les balles réduisent les gens en bouillie

Chaque action engendre une réaction égale et opposée. Quand on applique cette loi élémentaire de la physique, on en arrive à la conclusion que les très gros calibres devraient propulser les gens. Un Desert Eagle .50 est certain de faire basculer la victime à la renverse, alors qu’un fusil à pompe est suffisamment puissant pour envoyer les méchants voler à travers des baies vitrées…Le fameux fusil Barrett de calibre .50 dans Smoking Aces en fait la démonstration :

C’est probablement le premier cliché hollywoodien concernant les armes à feu. Et il viole tellement les lois de la physique qu’on peut penser que son utilisation répétée est le fruit de Syndromes de Stress Post-Traumatique. Regardez cette nana user de son flingue :

Si vous regardez de près, vous verrez bien la réaction égale et opposée. La culasse va en arrière, et le pistolet remonte dans sa main. Notez que son corps ne bouge pratiquement pas, bien que la force totale du recul doive être égale à la force déclenchée par cette balle. Et si vous ne nous faites pas confiance, voilà pour vous l’unité de formation au armes à feu du foutu FBI :

« L’impact de la balle sur le corps n’est pas plus que le recul de l’arme qui l’a tirée. Le ratio masse de la balle vs masse de la cible est trop extrême. »

Plus d’essence…mais quelques balles devraient m’amener jusqu’au boulot.

…Dans une vraie fusillade, n’importe qui peut être John McClane. Ou alors le type meurt sur le coup. On a déjà fait remarquer que les blessures par balle ne sont mortelles que dans 5% des cas. Vous supposez probablement que les autres 95% sont sortis du combat dès qu’ils ont été touchés. Cette supposition ne se vérifie pas dans les faits, comme avec cet échange de coups de feu à Miami, dans lequel 8 agents du FBI vidèrent leurs pistolets (et un fusil à pompe) sur deux cambrioleurs de banque ne portant pas d’armure pendant quatre minutes.

« Même à la fin il a fallu plusieurs coups de feu d’un fusil à pompe et six balles supplémentaires d’un pistolet pour mettre fin à l’échange…certains des grains des cartouches du fusil à pompe atteignirent les assaillants à la tête, mais ne les stoppèrent pas sur le coup. Les flingues ne sont pas les instruments permettant d’arrêter les attaquants d’un seul coup de feu que l’on croit. »

On a rapporté que des assaillants continuaient à se battre après avoir été touchés plus de 100 fois. Au moins un cambrioleur de banque a reçu dans les 60 blessures par balle des autorités et a survécu pour en parler. On a mentionné Roy P. Benavidez qui s’est battu pendant six heures alors qu’il avait reçu 37 blessures sérieuses par balle, shrapnel, et baïonnette. Mais on n’a pas parlé du fait qu’il a également couru 80 mètres après avoir reçu une balle de fusil dans le genou.

Robert Evans

http://www.cracked.com/article_19781_6-stupid-gun-myths-everyone-believes-thanks-to-movies.html

http://www.cracked.com/article_19781_6-stupid-gun-myths-everyone-believes-thanks-to-movies_p2.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s