La révolution européenne à venir – Martin Armstrong

http://www.armstrongeconomics.com/archives/41730

Le Cycle Révolutionnaire de 86 ans
Le Cycle de 86 ans des Dettes Souveraines

J’ai prévenu par le passé que 2017 sera l’année du chaos politique. Ce sur quoi je veux attirer l’attention ici est le lien entre la crise de la dette souveraine et le Cycle des Révolutions. En 1933, Roosevelt arriva au pouvoir aux USA et orienta le pays vers le socialisme. La même année, 1933, a vu l’arrivée au pouvoir d’Hitler et de Mao. Ainsi 1934 a été l’année révolutionnaire. De telles révolutions ne sont pas forcément synonyme de sang dans les rues. La prochaine est due pour 2020 et nous devrions assister au retournement complet du système dans lequel nous vivons.

La révolution de 1848 a été dans la majeure partie un mouvement démocratique et un soulèvement contre les élites politiques. En 1848, Marx publiait « Le Manifeste du PC » avec Friedrich Engels, en conséquence de quoi il fut exilé à Londres. Là-bas, où il vécut le reste de sa vie, il écrivit le premier volume de « Das Kapital. » Cela a sans aucun doute influencé les révolutions qui ont ouvert la voir au communisme/socialisme. Cela a aussi inspiré l’effondrement des anciennes structures féodales et la création d’états nationaux indépendants. Cette vague révolutionnaire a commencé en France en février 1848 lorsque la monarchie a été renversée. Le communisme est en réalité né en France dans les ‘communes’ ou les gens vivaient dans une communauté partagée ou la propriété privée n’existait pas. Ce sont les Français qui convainquirent Marx que le communisme fonctionnerait mieux que le socialisme, ce qu’il avait prôné au départ.

Cette révolution de 1848 s’est répandue comme une maladie contagieuse, de manière similaire à ce à quoi la Révolution Américaine avait donné lieu au siècle précédent. La contagion de 1848 s’est répandue à travers la majorité de l’Europe et dans certaines parties de l’Amérique Latine. Au total, cela a impacté plus de 50 pays. Cela n’a en aucune manière été une coordination ou une coopération entre les différentes tendances révolutionnaires à travers l’Europe.

En général, une contagion est due six facteurs principaux : 1) un mécontentement généralisé face au leadership politique, tel qu’on l’a aujourd’hui ; 2) des revendications pour une participation accrue dans le gouvernement et la démocratie, où l’on constate une fois de plus que les républiques nous ont spolié de notre droit de vote ; 3) des revendications en faveur de la liberté de la presse, que l’on constate aujourd’hui sur internet ; 4) des revendications en faveur des classes ouvrières, qui, aujourd’hui, sont opprimées par des niveaux de taxation élevés ainsi que par les impôts sur les revenus et la TVA à +20% ; 5) la montée du nationalisme, à laquelle on assiste à nouveau grâce au terrorisme ; et enfin, 6) le regroupement des forces réactionnaires basé sur l’ordre ancien : royauté, aristocratie, armée, église, et les paysans, qui, une fois de plus, annonce la lutte des classes.

La Révolution Américaine a véritablement commencé en 1762, soit 86 ans avant 1848. En effet, le sujet de contention qui a mis le feu aux poudres de la Révolution Américaine était la pratique du gouvernement consistant à saisir de manière arbitraire les actifs et à fouiller les correspondances pour voir si quiconque écrivait quoi que ce soit de négatif à propos du gouvernement. Aujourd’hui, la NSA fait exactement ce que faisaient les hommes du roi. En 2014 et 2015, les actifs confisqués par la police [Civil Asset Forfeiture] ont dépassé en valeur les biens volés par les criminels. La police a remplacé les criminels à plus d’un titre. Ils peuvent saisir des biens et sont rarement inculpés pour avoir tué des civils de manière brusque. Ils se servent toujours de puissance mortelle, soit le droit qu’ils ont de tuer des suspects représentant un danger, plutôt que de résoudre les problèmes sans avoir à tuer quelqu’un.

Ces mêmes pratiques [leur permirent de fouiller n’importe quel lieu à leur SEULE discrétion]. Cela a été au final la raison derrière la Révolution Américaine, et c’est ce qui est devenu le 4ème Amendement de la Constitution, dont les juges se sont débarrassés et qui n’existe de facto plus.

Le procès qui en a marqué le commencement est Entick vs Carrington et trois autres messagers du roi, daté de novembre 1762. Il concernait une violation de propriété et l’intrusion sur la propriété du plaignant en cassant son bureau et ses boîtes pour fouiller et examiner ses documents.

L’avocat de la défense, James Otis, prononça, à Boston, que les ordonnances d’assistance du roi étaient « le pire instrument de pouvoir arbitraire, le plus destructeur des libertés anglaises et des principes fondamentaux des lois qui ait jamais été trouvé dans un ouvrage juridique anglais. » Ces ordonnances d’assistance autorisaient les employés du gouvernement de faire ce qu’ils voulaient, comme ils continuent à le faire de nos jours. Il nous incombe de prouver que nous avons des droits – ce n’est pas à eux de s’astreindre. Cela a placé « la liberté de chaque homme entre les mains de n’importe quel officier mesquin. »

Le président à venir, John Adams, était là dans le tribunal, à écouter l’argumentation d’Otis. Ce dernier, bien évidemment, perdit contre le juge qui ne rendait de décision qu’en faveur du roi. « À ce moment-là, » John Adams déclara, « fut le premier acte d’opposition aux revendications arbitraires de la Grande-Bretagne. À ce moment-là, l’enfant Indépendance est né. »

C’est de cela qu’il s’agit avec les cycles. Quatorze ans après 1762, la Révolution Américaine de 1776 a porté ses fruits avec la Déclaration d’Indépendance. Au bout de presque un Cycle de Pi (31,4 ans à partir du plaidoyer d’Otis) George Washington prêtait serment lors de son investiture comme Président et les USA étaient nés. Comme toujours c’est juste une question de temps.

Le simple fait que l’on puisse observer des cycles réguliers sur de longues périodes prouve une chose : on ne devrait jamais confondre le concept de LIBRE ARBITRE de l’individu avec les actes collectifs d’une société entière. Vous n’aurez jamais 100% des gens qui seront d’accord sur une chose. Par conséquent, vous n’êtes PAS obligé d’être avec la majorité, tel un robot. C’est votre LIBRE ARBITRE individuel. Vous ne seriez pas en train de lire ceci si vous faisiez partie de la majorité endormie. La société, en revanche, se déplace au sein d’un continuum, avec une sensation de mouvement perpétuel continu. Je l’ai déjà dit mais il faut que cela soit répété. Se focaliser sur la personnalité d’Hitler ou de Napoléon revient à passer à côté du sujet. C’est vrai. Ce n’est JAMAIS l’individu qui meut la majorité, c’est la majorité qui produit l’individu. Hitler fut emprisonné pour ce qui fut considéré comme des « crimes politiques » à la suite du putsch raté de Munich en novembre 1923. En prison, Hitler écrivit « Mein Kampf. » Dictant son ouvrage à Rudolf Hess, Hitler décrivit son idéologie politique ainsi que ses projets futurs pour l’Allemagne. Le premier volume fut publié en 1925, le second en 1926. Cependant, il arriva au pouvoir en 1933, soit à peu près 8,6 ans [1.000 x Pi (jours)] après la publication.

La société crée son leader, ça ne marche pas dans l’autre sens. Si l’on se concentre sur l’économie, cela indique que ça commence à chauffer pour le changement politique. Quel individu prend les rênes n’est pas le sujet. La société choisira TOUJOURS quelqu’un. Un individu ne peut pas forcer ses idées sur la société, quels que soient les cris qu’il pousse. Par conséquent, l’histoire des sociétés obéit à la physique comme tout le reste. Un corps en mouvement demeurera en mouvement à moins qu’une résistance quelconque le ralentisse. Les erreurs de gestion du gouvernement s’accroissent et réduisent la croissance au point que se produisent des mouvements anti-impôts qui mènent souvent à des révolutions.

Mouvement des Capitaux Nets des USA [Les USA ont été l’investisseur net qui a recapitalisé le monde après le 2ème GM]
L’histoire est, en fait, modélisée par un système déterministe, non-linéaire et dynamique qui fait montre d’un comportement chaotique (Cycles de Panique). Identifier les changements minimes au sein d’un tel système, changements qui ont des effets sur la totalité du système même, se révèle fascinant, car de tels changements ne sont jamais perçus par les acteurs comme influençant un système bien plus dynamique. FATCA, par exemple, renverse directement l’expansion économique globale en forçant les Américains à retourner vers un environnement économique domestique qui fait empirer la déflation à l’extérieur des USA au fur et à mesure que le dollar augmente. Les flux de capitaux hors des USA ont rebâti l’économie mondiale, alors que maintenant, cette seule loi déclenche la conséquence inverse qui est de détruire l’économie mondiale. Ainsi, d’un point de vue mathématique, la plus infime déviation à l’échelle du système économique global créera un résultat fortement divergent. Cette action est inspirée par le fait que le gouvernement est incapable de se gérer lui-même, et encore moins l’économie, qu’il ne comprend pas.

Par conséquent, un homme seul ne peut pas faire de différence. J’ai essayé cette voie et me suis rapidement rendu compte que les meilleures idées étaient toujours ignorées du fait que les gens en charge ne considèrent que leur propre intérêt. Ce n’est JAMAIS l’individu mais la société qui doit arriver à un point où elle cherche une réponse et favorise une idée nouvelle. Rome s’est effondré au IIIème siècle, c’est à ce moment que la persécution des chrétiens a fortement augmenté. D’aucuns disaient que les dieux étaient en colère parce qu’il y avait trop de chrétiens, et c’est pourquoi ils ne répondirent pas aux prières des romains. Au final, de plus en plus de gens adoptèrent le point de vue opposé, que leurs prières demeuraient sans réponse parce qu’il s’agissait de faux dieux. La chrétienté surgît de ses cendres et Constantin pilla les temples païens – établissant  le christianisme comme nouvelle religion – afin qu’il puisse confisquer les richesses et redémarrer l’empire en déplaçant la capitale vers une nouvelle ville – Constantinople.

Ainsi, l’Histoire se répète parce que l’humanité ne change jamais. Ce qui la dirige c’est la majorité allant d’avant en arrière, un peu comme les victoires politiques respectives des Démocrates [~gauche] et des Républicains [~droite]. L’Histoire n’est pas faite par les idées des individus, les individus sont produits suite à une réponse de la société aux changements dans le flux d’une histoire qui se comporte de manière continue en répondant toujours de même à des forces qui ne changent pas d’un siècle à l’autre. À partir du moment où on abandonne l’analyse profonde de gens comme Hitler et qu’on prend du recul par rapport aux individus pour observer la communauté dans son ensemble, alors seulement l’Histoire commence à prendre forme, et l’on voit qu’elle se conforme, comme tout le reste, aux lois de la physique. Alors oui, on assistera à une révolution européenne. C’est inévitable.

Publicités