Lloyd Mallan’s Russia and the Big Red Lie

D’un, l’Union Soviétique ne préparait même pas des hommes à des vols spatiaux, le programme de vol spatial soviétique en était à un stade rudimentaire; de deux, les rumeurs, les mauvaises informations et les distorsions de faits étaient publiées parmi les journaux communistes puis reprises par les journalistes du Monde Libre pour être publiée comme étant des exemples légitimes du « leadership » de la Russie dans la « course à l’espace. » p. 43

La Russie que nous pensons voir depuis le côté du Monde Libre du Rideau de Fer – l’imposante et arrogante nation qui nous intimide et effraie chaque jour à l’aide de menaces et fanfaronnades – n’est rien de plus qu’une façade. Derrière ce front se cache nerveusement une nation de troisième rang qui n’aurait pas plus de chance en cas de conflit avec l’ouest qu’un lapin contre des loups. La principale défense de cette nation de troisième rang, sa principale arme pour la conquête du monde, est le mensonge. Certaines parties du mensonge, bien évidemment, sont insensées – comme par exemple la revendication par la Russie de l’invention de l’avion, du télégraphe, du bateau à vapeur, et même de la bicyclette. p. 108

Pourtant, ce que j’ai vu quand j’étais en Russie était une armée de l’air largement composée d’avions que les USA considéraient comme inadéquates pour la guerre moderne dès 1949. Nombre de ses avions et composants sont des copies de modèles américains antérieurs. Elle manque des systèmes américains de navigation et de visée de grande précision. Elle montre peu d’imagination, peu d’élaboration en termes d’ingénierie, une faible maîtrise des principes et techniques avancés, scientifiques, du militaire aérien. Elle est en retard d’au moins 15 ans sur l’armée de l’air US en termes d’efficacité de combat. p. 110-111

(Incidemment, le principal responsable du développement du Badger [avion] n’était pas le russe Tupolev, dont il porte le nom, mais un Allemand « invité » en Russie après la 2ème GM, Bruno C. Baade.) p. 120

Quand j’ai plus tard examiné les photos [de la cabine de l’avion IL-18], j’ai été frappé par quelque chose de bizarre: il n’y avait pas un seul écran radar en vue! La situation était claire: le magnifique nez radôme des quatre Ilyushin 18…était bidon! p. 121

Les Russes n’avaient pas de système IFF (Identification Friend or Foe [Ami ou Ennemi]). Un signal spécifique émis par les avions permet de les identifier comme amis ou ennemis, à la fois pour les contrôleurs aériens et pour les pilotes d’avions intercepteurs. Avec un IFF, il n’y aurait pas besoin de déployer des jets afin de s’assurer que l’avion est bien un des vôtres. p. 122

Les Russes n’ont rien de comparable à notre DEW (Distant Early Warning – Système de Veille Lointaine). En dépit des fanfaronnades du Kremlin concernant la forteresse Russie, il n’y a rien qui surveille le ciel soviétique en dehors de radars de base, démodés, ainsi que l’œil humain. p. 123

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s