Comment simuler la Zéro G ? III

Enfin, leur dernier truc pour faire croire aux missions spatiales:

ISS 01

Les piscines…Ils s’en servent pour simuler, littéralement, toutes les soi-disant sorties dans l’espace.

ISS 02

Cela inclue les réparations sur le « satellite » Hubble, les réparations sur l’ISS vu que les ingénieurs s’arrangent pour assembler des trucs qu’il faut toujours réparer de l’extérieur, ou même le lancement d’un satellite:

Superbe mini satellite péruvien d’à peine 1 kg qui doit prendre des photos infra-rouges de la Terre. Ok, mais on ne voit pas l’objectif sur la vidéo…Aussi, sachant que le satellite est trop petit pour avoir un moteur décent et que l’ISS se trouve en gros à 350 km d’altitude, leur cube ne va pas tenir une semaine avant de brûler dans l’atmosphère. C’était vraiment la peine de faire tout ça pour ça? Pour être viable, il faudrait qu’il soit en orbite géostationnaire, à 36.000 km. Là, on est même pas à 1% de cette altitude (l’ISS elle-même est censée ajuster sa trajectoire quasi en permanence), autant dire que c’est de l’argent jeté par les fenêtres!

C’est à cause de ces sorties en piscine qu’on peut voir des bulles d’air (ici aussi) s’élever de temps en temps:

Bubble_1

Dans la même vidéo de cette « sortie dans l’espace » chinoise, on peut les voir lutter avec les câbles rouges qu’on voit au premier plan ici. C’est parce qu’ils sont gonflés d’air pour faire croire qu’ils flottent.

Publicités